Connect with us

Espagne

EXPLIQUÉ : Qu’est-ce que la loi anti-traite espagnole ?

ESPAGNE-LOI-ANTI-TRAITE

La ministre espagnole de la Justice, Pilar Llop, a déclaré que la loi anti-traite serait pleinement approuvée avant les élections générales de 2023. (Photo PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP)

Ley de trata

Cette semaine, le Conseil des ministres espagnol a approuvé un projet de loi visant à lutter contre la traite des êtres humains. La loi, dite la ley de trata(ou la loi anti-traite) renforcera les mesures contre l’exploitation sexuelle, les mariages forcés et arrangés, l’esclavage, le travail forcé, le prélèvement d’organes et de tissus et les situations dans lesquelles des personnes vulnérables sont contraintes de se livrer à des activités criminelles.

La ministre espagnole de la Justice, Pilar Llop, a déclaré que la loi protégera “les personnes qui souffrent beaucoup dans notre pays et aussi dans d’autres pays du monde”, renforçant la lutte contre les mafias de la traite et les groupes criminels organisés pour “briser la chaîne commerciale qui est générés en utilisant les êtres humains comme marchandises.

La loi va, entre autres, créer un plan national de prévention de la traite, des protocoles de protection et de respect de la vie privée, un fonds d’indemnisation des victimes, un soutien social, sanitaire et financier, et sensibiliser au problème au niveau éducatif.

La législation mettra particulièrement l’accent sur les mineurs, les migrants, les demandeurs d’asile et les réfugiés – groupes considérés comme les plus vulnérables à l’exploitation et à la traite.

Prostitution en Espagne

De nombreux cas de traite des êtres humains en Espagne aboutissent à l’exploitation sexuelle, mais il n’existe pas de loi unique qui traite directement de la prostitution en Espagne. La prostitution a été décriminalisée en 1995, bien que ses activités connexes, telles que le proxénétisme, le trafic et l’exploitation sexuelle soient toujours illégales.

Bien que la nature clandestine du travail du sexe rende difficile l’obtention de données précises, selon un rapport de l’ONU de 2011, l’Espagne est le troisième plus grand centre de prostitution au monde, derrière la Thaïlande et Porto Rico.

En 2016 ONUSIDA a estimé que plus de 70 000 prostituées travaillaient en Espagne, mais certaines estimations évaluent ce nombre à 350 000. On pense que 80% d’entre eux sont des étrangers, dont beaucoup viendraient de Colombie, de la République dominicaine, du Maroc et d’Europe de l’Est.

Si le projet de loi est finalement approuvé, ses clauses d’exploitation sexuelle incluraient des peines de prison pouvant aller jusqu’à huit ans pour les proxénètes tels que les proxénètes ou les maquerelles.

Les clients des prostituées qui ont été contraintes d’être des travailleuses du sexe pourraient également encourir des amendes et des peines de prison allant de six mois à quatre ans.

Le gouvernement espagnol veut interdire la prostitution sous sa forme actuelle en Espagne.

Travail forcé

Clairement, le ley de trataespère combattre une partie de l’exploitation sexuelle des femmes en Espagne, mais la législation anti-traite va plus loin que cela et vise également à lutter contre le travail forcé et l’esclavage – deux problèmes importants mais sous-déclarés en Espagne.

Selon le rapport 2022 du Département d’État américain sur la traite des êtres humains en Espagne, « la traite du travail est sous-identifiée en Espagne. Les autorités signalent que la pandémie a accru la vulnérabilité des travailleurs et a contribué à l’augmentation du trafic de main-d’œuvre en 2020 et 2021, en particulier dans l’agriculture, le travail domestique et la culture du cannabis en Catalogne.

« En 2022, les réfugiés ukrainiens, principalement des femmes et des enfants fuyant la guerre de la Russie contre l’Ukraine, sont vulnérables à la traite. Les trafiquants de main-d’œuvre continuent d’exploiter des hommes et des femmes d’Europe de l’Est et d’Asie du Sud et de l’Est, en particulier le Pakistan, dans les secteurs du textile, de la construction, de l’industrie, de la beauté, des soins aux personnes âgées et de la vente au détail.

Ces développements récents – la pandémie et la guerre en Ukraine – combinés au flux constant de migrants et de demandeurs d’asile arrivant sur les côtes espagnoles en provenance d’Afrique signifient que des milliers de personnes vulnérables arrivent en Espagne et, selon le rapport, “des lacunes subsistent dans les protocoles d’identification des victimes, y compris un manque persistant de mécanismes adéquats pour identifier les victimes potentielles de la traite parmi la population de demandeurs d’asile et de migrants sans papiers, et a contribué à ce que le gouvernement identifie beaucoup moins de victimes pour la deuxième année consécutive.

Il faut dire, cependant, que le rapport note également que “le gouvernement espagnol respecte pleinement les normes minimales pour l’élimination de la traite” et l’a maintenu dans son niveau 1 de nations.

Que comprend la loi espagnole contre la traite ?

  • Plan national de lutte contre la traite

La loi créera un protocole pour coordonner l’orientation immédiate des personnes victimes de la traite vers des services spécialisés, qui seront supervisés par un rapporteur national sur la traite et l’exploitation des êtres humains dirigé par le ministère espagnol de l’Intérieur, selon le site Internet du gouvernement espagnol.

Le rapporteur supervisera la politique de lutte contre la traite et représentera l’Espagne sur la scène internationale, un rôle considéré comme crucial car la traite des êtres humains est souvent un problème international transfrontalier.

  • Éducation

Selon l’article 7 de la loi, des efforts seront également déployés pour améliorer la sensibilisation éducative aux problèmes de la traite et de l’exploitation en mettant l’accent sur les droits de l’homme, l’éducation sexuelle et les valeurs démocratiques.

  • Soutien social, travail et santé

Un «plan d’insertion sociale et professionnelle» sera créé pour les victimes de la traite et de l’exploitation, qui fournira un soutien social, sanitaire et professionnel aux victimes.

Cela pourrait inclure l’accès au logement, un soutien en matière de santé physique, psychologique et sexuelle, des possibilités d’emploi et une aide financière pour les victimes et les membres de leur famille.

  • Renforcement de la réglementation du marché du travail

Étant donné que les personnes victimes de la traite et exploitées sont si souvent amenées de l’étranger (et dépendent souvent des trafiquants eux-mêmes pour le logement, la nourriture, l’argent, etc.), la réglementation du recrutement des travailleurs migrants sera renforcée grâce à une surveillance et des normes du travail renforcées.

  • Fonds d’indemnisation

Un fonds d’indemnisation – le Fonds d’indemnisation des victimes de la traite et de l’exploitation (FIVTE) – sera également créé et sera prélevé sur les budgets de l’État, ainsi que sur l’argent ou les biens confisqués aux trafiquants condamnés.

  • Protection et confidentialité

La loi anti-traite fournira également des services de protection et maintiendra le droit de la victime à la vie privée, protégera son identité, l’accès à des conseils juridiques gratuits et offrira même un revenu vital.

Selon l’article 36 du projet de loi, les victimes de la traite depuis l’étranger auront le droit au retour volontaire et assisté dans leur pays d’origine. Si elles ont été introduites illégalement en Espagne et ne disposent pas de documents officiels, le gouvernement espagnol leur délivrera le les papiers appropriés nécessaires au voyage.

William 44 ans Je m'intéresse à Expert de longue date des médias sociaux Défenseur inconditionnel de la musique Aficionado professionnel du café Evil coffee ninja Aficionado du bacon Expert primé de la culture pop Pionnier des médias sociaux Avec 7 ans d'expérience en écriture De Kbenhavn Danemark

To Top