Connect with us

Autriche

Un lobbyiste autrichien de l’armement condamné pour blanchiment d’argent

Un lobbyiste autrichien de l'armement condamné pour blanchiment d'argent

Le comte Alfons Mensdorff-Pouilly (L) suscite l’intérêt des médias alors qu’il attend dans la salle d’audience pour son procès, le 12 décembre 2012 à Vienne. (Photo par DIETER NAGL / AFP)

Alfons Mensdorff-Pouilly a été condamné à six mois de prison avec sursis et à verser 50 000 euros (50 600 dollars), considérés comme des “biens mal acquis”, a indiqué à l’AFP un porte-parole du tribunal régional de Vienne.

Les deux parties peuvent encore faire appel du verdict. Mensdorff-Pouilly a nié l’accusation.

Selon l’acte d’accusation, Mensdorff-Pouilly aurait déplacé des actifs pour un ancien directeur de division du fabricant d’Eurofighter EADS, devenu Airbus Group en 2014.

Ce responsable aurait transféré des millions d’euros à partir de 2005 par le biais de contrats fictifs, principalement vers une caisse noire.

Dans une affaire distincte, Mensdorff-Pouilly a été acquitté du blanchiment d’argent en 2013 mais condamné à deux mois de prison avec sursis pour le délit moins grave de falsification de preuves.

Dans cette affaire, Mensdorff-Pouilly, un comte haut en couleur, avait été accusé d’avoir graissé les pattes pour obtenir des contrats d’armement en tant que fixateur présumé du géant britannique de la défense BAE Systems en Europe centrale et orientale.

Le dossier de l’accusation a été affaibli par le fait que les dirigeants de BAE n’étaient pas obligés de témoigner après l’accord controversé de 450 millions de dollars conclu avec les autorités américaines et britanniques pour régler cette affaire et d’autres en 2010.

L’Eurofighter Typhoon est un produit de prestige majeur pour l’industrie européenne de la défense, avec des centaines d’avions livrés à l’Allemagne, la Grande-Bretagne, l’Italie et l’Espagne, ainsi qu’à l’Autriche et l’Arabie Saoudite.

Les quatre nations fondatrices du consortium – l’Allemagne, l’Espagne, la Grande-Bretagne et l’Italie – utilisent toutes ces avions dans leurs propres forces aériennes. D’autres contrats ont été signés avec Oman et le Koweït.

En 2020, dans le cadre d’un accord conclu par Airbus avec les tribunaux français, britanniques et américains, la société a accepté de payer 3,6 milliards d’euros d’amendes pour régler les enquêtes de corruption concernant certaines de ses ventes d’avions.

Genèse 28 ans Je m'intéresse à l'entrepreneuriat Ami des animaux partout Introverti Sujet à des crises d'apathie Freelance beer ninja Expert Tv Communicateur extrême Amateur de nourriture Fanatique de café Spécialiste dévoué de la télévision Gourou des médias sociaux Amateur d'alcool Avec 6 ans d'expérience d'écriture De Geraldton Australie

To Top