Connect with us

Allemagne

Les ministres européens appellent à l’unité après le “bazooka” énergétique de l’Allemagne

Les drapeaux européen et allemand flottent au vent devant le Reichstag à Berlin.

Les drapeaux européen et allemand flottent dans le vent devant le Reichstag à Berlin. Photo : picture alliance / dpa Kay Nietfeld

L’Europe est aux prises avec des prix de l’énergie historiquement élevés alors qu’elle fait face à une vague de froid au début de l’automne et à un hiver prochain qu’elle devra presque certainement endurer sans l’approvisionnement crucial en gaz russe en raison de la guerre en Ukraine.

De nombreux pays de l’UE ont annoncé des programmes nationaux visant à protéger les consommateurs contre les prix élevés. Mais c’est l’Allemagne qui est allée le plus loin vendredi en annonçant son plan gigantesque, qui prévoit d’aider les Allemands pendant deux ans.

Arrivé pour discuter avec ses homologues de la zone euro, le ministre allemand des finances, Christian Lindner, a insisté sur le fait que les dépenses étaient “proportionnelles” à la taille de l’économie allemande et a déclaré que son objectif était d’utiliser le moins d’argent possible.

Mais les largesses de l’Allemagne ont irrité plusieurs capitales de l’UE, dont certaines craignent que leurs industries ne subissent des coups sévères alors que celles de l’Allemagne sont protégées, déformant ainsi le marché unique de l’UE.

Le premier ministre italien sortant, Mario Draghi, a critiqué Berlin pour son manque de solidarité et de coordination avec ses partenaires européens.

Le ministre français des finances Bruno Le Maire, sans critiquer directement Berlin, a appelé les partenaires à convenir d’une stratégie commune contre le choc des prix et les pays à ne pas faire cavalier seul.

“Plus cette stratégie est coordonnée, unie, mieux c’est pour nous tous”, a-t-il déclaré.

Risque pour l’unité européenne

D’autres ont souligné la solidarité sans précédent dont ont fait preuve les 27 nations de l’UE lors de la crise du Covid-19, en approuvant, contre toute attente, un plan de relance de 750 milliards d’euros financé conjointement.

“La solidarité n’est pas seulement sur les épaules de l’Allemagne, je pense que c’est quelque chose que nous devons fournir au niveau européen”, a déclaré le commissaire européen aux affaires économiques Paolo Gentiloni.

“Nous avons de très bons exemples de la crise précédente sur la façon dont la solidarité peut réagir à une crise et aussi rassurer les marchés financiers. Je pense que c’est notre objectif”, a-t-il déclaré.

Si un plan de relance de type Covid n’est pas dans les cartons pour le moment, M. Le Maire a déclaré que 200 milliards d’euros de prêts et 20 milliards d’euros d’aide devraient être consacrés à REPowerEU, un programme visant à aider les pays à rompre leur dépendance au gaz russe.

Bruegel, un groupe de réflexion très influent à Bruxelles, a qualifié le plan allemand de “bazooka” de dépenses que de nombreux pays de l’UE étaient incapables d’égaler, créant ainsi une source potentielle d’animosité.

“Si le frein allemand au prix du gaz donne aux entreprises allemandes une bien meilleure chance de survivre à la crise que, disons, les entreprises italiennes, les divergences économiques dans l’UE pourraient être approfondies, et l’unité européenne sur la Russie sapée”, a-t-il déclaré dans un blog.

Gerardo 33 años de edad Estoy interesado en Estudiante premiado Jugador de toda la vida Creador sin disculpas Gurú de la comida Especialista en Twitter Experto en redes sociales Aficionado a la música Aficionado a la comida Introvertido Adicto al café Con 2 años de experiencia escribiendo Desde Ciudad Real España

To Top