Connect with us

Italie

Les émeutes mettent le gouvernement italien sous pression pour interdire les groupes néo-fascistes

Lundi, le gouvernement italien a été soumis à une pression croissante pour interdire des groupes tels que le groupe néo-fasciste Forza Nuova, après les violences qui ont suivi les manifestations du week-end contre les vaccins et le certificat sanitaire du pays, le passeport vert.

Lundi, le Parti démocrate (PD) de centre-gauche a présenté une motion au Parlement demandant à l’administration du Premier ministre Mario Draghi de dissoudre Forza Nuova et tous les autres mouvements politiques d’inspiration fasciste dans le pays.

“Nous espérons que toutes les forces politiques véritablement démocratiques signeront&hellip ; Le temps est venu de mettre fin aux ambiguïtés concernant le fascisme,”a déclaré PD dans un communiqué. 12352]

EN IMAGES :

Alors que l'”apologie du fascisme” est légalement reconnue comme un crime en Italie, des groupes comme Forza Nuova sont autorisés à opérer. 12352]

Avec CasaPound, Forza Nuova est la principale organisation néofasciste active en Italie et est connue pour sa violence contre les immigrants et la police. [Plus récemment, le groupe a été impliqué dans plusieurs manifestations contre l’expansion du système de laissez-passer vert en Italie. Les principaux membres du groupe se sont adressés à la foule à Rome lors de manifestations avant de se déchaîner dans la ville.

Douze personnes, dont des dirigeants de Forza Nuova et 38 policiers, ont été blessées après que les manifestations ont dégénéré en violence samedi soir, alors qu’un groupe a fait irruption dans le bâtiment du syndicat CGIL et que d’autres ont tenté d’atteindre le Palazzo Chigi, qui abrite le bureau du Premier ministre.

Giuliano Castellino, leader de Forza Nuova, s’exprime sur scène lors d’une manifestation contre l’extension du passeport vert à Rome le 27 juillet 2021. Photo : Andreas Solaro/AFP

Alors que la police a empêché les émeutiers d’atteindre le Palazzo Chigi en utilisant des canons à eau et des gaz lacrymogènes, des séquences vidéo semblent montrer un petit nombre d’officiers submergés par une foule violente à l’extérieur du bâtiment de la CGIL. [Des dizaines d’émeutiers ont également attaqué le service des accidents et des urgences de l’hôpital Policlinico Umberto I de Rome, forçant le personnel de santé à se barricader à l’intérieur, tandis qu’une infirmière aurait été frappée avec une bouteille.

Après avoir rencontré Draghi lundi, le leader de la CGIL Maurizio Landini a déclaré que le gouvernement s’était engagé à discuter de la dissolution de Forza Nuova dans les prochains jours, rapporte Reuters. [Le premier ministre a exprimé la solidarité du gouvernement et l’engagement de toutes les institutions pour empêcher le retour d’un passé que nous ne voulons pas”, a déclaré Landini.

“Tous ces groupes qui se réfèrent au fascisme doivent être dissous, et c’est le moment de le dire clairement&rdquo ;

Deux enquêtes distinctes sur les émeutes dans la capitale ont été ouvertes par les procureurs, ont rapporté lundi les médias italiens. [La violence a été largement condamnée par les politiciens, y compris par Giorgia Meloni, chef du parti d’extrême droite Frères d’Italie, qui est souvent accusé d’avoir des liens étroits avec des groupes néo-fascistes et est connu pour avoir récemment présenté des candidats du dictateur fasciste lors d’élections locales et européennes : “La révolution populaire ne s’arrêtera pas, avec ou sans nous, tant que le laissez-passer vert ne sera pas définitivement retiré.&rdquo ;

Continue Reading
You may also like...

Gerardo 33 años de edad Estoy interesado en Estudiante premiado Jugador de toda la vida Creador sin disculpas Gurú de la comida Especialista en Twitter Experto en redes sociales Aficionado a la música Aficionado a la comida Introvertido Adicto al café Con 2 años de experiencia escribiendo Desde Ciudad Real España

To Top