Connect with us

Suède

“La Suède cherche le soutien d’un dictateur pour se protéger d’un autre”

La députée indépendante Amineh Kakabaveh ajuste ses lunettes au parlement suédois du Riksdag. Photo. Anders Wiklund / TT

Amineh Kakabaveh est l’un des Suédois kurdes que le président turc Recep Tayyip Erdoğan a qualifié de terroriste. Dans les médias d’État turcs, elle est mentionnée d’un seul souffle avec le PKK (le Parti des travailleurs du Kurdistan – désigné comme organisation terroriste par l’UE) et le mouvement Gülen, qu’Erdogan accuse d’avoir orchestré une tentative de coup d’État en 2016. L’ambassadeur de Turquie en Suède a même demandé son extradition.

“Je pensais que c’était une blague de poisson d’avril”, dit-elle à The Local de sa consternation d’avoir été nommée. « Je ne suis même pas de Turquie. Je n’ai jamais lutté contre le gouvernement turc, je n’ai jamais été membre du PKK. Je suis simplement un politicien qui se soucie des minorités, des droits de l’homme et de l’égalité. Je suis une femme forte qui n’a pas peur de s’exprimer. Cela fait qu’Erdogan se sent menacé.

“Politiquement sauvage”

Depuis que Kakabaveh a quitté Die Linke en 2019, elle est une politicienne indépendante – ou une sauvage politique, comme on l’appelle en Suède. À ce titre, elle a eu un pouvoir disproportionné. Sans le vote de Kakabaveh, Magdalena Andersson ne serait pas Premier ministre suédois aujourd’hui.

Le gouvernement a besoin de son vote pour une majorité, elle a donc pu obtenir des concessions, concluant un accord avec les sociaux-démocrates en novembre dernier qui garantissait le financement et le soutien à la région indépendante kurde de Syrie.

La cause kurde lui a toujours tenu à cœur. Durant son adolescence en Iran, « forcée entre la vie et la mort », Kakabaveh est devenue peshmerga, membre de la milice kurde du mouvement socialiste Komala. Confrontée à la peine de mort, elle s’est enfuie en Suède en 1992. Depuis lors, elle dit n’être plus affiliée à aucune organisation kurde. Aujourd’hui, elle se bat uniquement – ​​de manière non violente – pour la justice, en Suède et à l’étranger.

Dans le cadre de son accord visant à obtenir le soutien de la Turquie pour sa demande d’adhésion à l’OTAN, la Suède, selon Erdogan, a promis d’extrader 73 soi-disant terroristes vers la Turquie. Le président turc affirme que ces personnes sont associées au PKK et au mouvement Gülen.

En outre, Erdogan ordonne à la Suède de cesser de soutenir le parti de l’Union démocratique kurde, ou PYD, dont la branche armée en Syrie combat l’État islamique. Erdogan allègue que ce parti n’est qu’une couverture à peine voilée pour le PKK et que le pays nordique offre un refuge aux militants kurdes hors-la-loi.

Dans ce jeu de pouvoir politique, la Suède recherche un équilibre délicat entre apaiser la Turquie tout en maintenant son propre terrain moral élevé. Le gouvernement suédois a promis à Ankara de prendre des mesures antiterroristes. La Suède est-elle prête à sacrifier la communauté kurde en échange d’un “oui” turc ?

Le ministre suédois de la Justice, Morgan Johansson, a tenté de dissiper les doutes en assurant que “nous appliquons la loi suédoise en Suède” et que les citoyens suédois n’avaient rien à craindre.

“Les citoyens non suédois peuvent être extradés à la demande d’autres pays, mais uniquement si cela est compatible avec la loi suédoise et la Convention européenne”, a-t-il déclaré.

« Jeter la communauté kurde devant le bus »

Tout le monde n’est pas rassuré. Ces derniers mois, Kakabaveh a été approchée par “des centaines de personnes” profondément inquiètes pour elle et leur propre sécurité, qui n’osent plus assister aux manifestations, qui se méfient des services de sécurité suédois. Sapo, et qui craignent qu’en partant à l’étranger, ils ne soient saisis et extradés par des régimes fidèles à Erdogan.

« En tant que député, j’ai souvent été menacé, j’ai donc des gardes du corps. Mais c’est bien sûr une exception. La plupart des Kurdes n’ont pas une telle sécurité.

La Suède ne se contente pas de laisser les Kurdes dans le froid, affirme Kakabaveh, elle gaspille également ses idéaux humanitaires et sa solidarité. De nombreux Suédois, y compris des Suédois kurdes, sont favorables à l’adhésion à l’OTAN. « Mais pas à n’importe quel prix. Pas en jetant la communauté kurde devant le bus.

« Il ne faut pas oublier que les Kurdes sont des héros qui ont sauvé le monde entier de Daech [ISIS]. Ce sont les Kurdes qui ont emprisonné des milliers de partisans du califat. Nous aussi, dans l’Ouest, nous en avons profité et nous en bénéficions encore. Les Kurdes méritent notre soutien, pas notre persécution.

Erdogan pas si différent de Poutine

Outre le fait que l’Occident a besoin de la Turquie, elle estime qu’Erdogan n’est fondamentalement pas si différent de Poutine. « L’opposition en Turquie est également réduite au silence et enfermée. Si Erdogan avait eu autant de pouvoir et de ressources que Poutine, il aurait été tout aussi violent. Les bombes et l’administration d’Erdogan tuent avec une grande régularité. Mais dès que des gens comme les Kurdes se défendent contre un gouvernement qui menace de les tuer, ils sont rejetés comme des criminels.

Le politicien suédo-kurde considère qu’il est « très intéressant que la Suède soit prête à faire des concessions à la Turquie qui n’ont absolument rien à voir avec l’alliance nord-atlantique ».

« Erdogan utilise des politiques carrément racistes que la Suède respecte ensuite. Comment peut-on danser sur l’air d’un tel régime ? La Suède cherche le soutien d’une dictature pour se protéger contre une autre », dit-elle.

« La Suède doit immédiatement se retirer de ces négociations. Nous ne pouvons pas mettre en péril nos valeurs, notre dignité et notre politique étrangère. Regardez l’histoire de l’alliance : y a-t-il déjà eu un pays de l’OTAN qui a demandé l’extradition d’une longue liste de personnes ? Nous devons exiger la libération de l’opposition politique en Turquie.

Kakabaveh a encore environ un mois pour s’affirmer au parlement. Après cela, elle devra renoncer à son siège et sa carrière au Riksdag suédois sera – du moins pour le moment – ​​terminée.

Va-t-elle rater ce poste ?

« Non, je ne pense pas vraiment. Ce dernier mandat a été très particulier, mais aussi mouvementé. J’ai joué un rôle crucial pendant la crise gouvernementale et j’ai eu un vote décisif sur des sujets qui me tiennent à cœur. Législation contre le mariage des enfants, les crimes d’honneur, les cotisations supplémentaires pour les retraités, etc. En fait, je ne pense pas que quelqu’un d’autre aurait pu assumer cette tâche. Étant politiquement indépendant, je n’avais pas à suivre une certaine ligne de parti et j’étais guidé exclusivement par mes positions et mes idéaux.

“La Suède a changé à cause de décisions politiques stupides”

Elle dit qu’elle n’a pas été tentée de revenir au parlement.

« Je ne serai pas sur la liste électorale pour la prochaine législature. Il n’y a actuellement aucune fête à laquelle je souhaite participer. Tous les partis de gauche sont passés au centre, tous les partis s’engagent désormais dans une politique économiquement libérale. Aucun parti ne semble avoir de réponses aux grands problèmes de société.

À ses yeux, l’État-providence socialiste suédois s’est creusé pendant ses années dans le pays.

« Je suis arrivé en Suède en fuyant la persécution politique et j’ai vu le pays changer lentement. Vous ne savez pas à quel point nous l’avons eu! Quand j’ai demandé l’asile ici, il y avait la solidarité, un système de santé qui fonctionnait bien et qui ne vous coûtait vraiment rien, les écoles d’élite n’existaient pas et tout le monde suivait le même système éducatif. L’État-providence, l’école, l’égalité de départ pour les enfants : voilà les fondements d’une société égalitaire. Dans les années 1990, quand j’ai déménagé pour la première fois en Suède, tout le monde parlait de la svenska folkshemla maison du peuple suédois, sur folkbildningen, ou éduquer les gens.

« Entre-temps, la situation a radicalement changé en raison de décisions politiques stupides. L’éducation et les soins de santé ont été mis en vente et le matériel pédagogique ne correspond plus au monde dans lequel nous vivons.

« Les différences de classe ont énormément augmenté en raison de la privatisation. Notre surconsommation provoque des problèmes environnementaux, la pauvreté et la guerre, tandis que l’Europe préfère éloigner les réfugiés créés par ces crises.

“Les jeunes Suédois s’attendent à ce que quelqu’un d’autre résolve leurs problèmes”

Tous les problèmes d’aujourd’hui sont interdépendants, estime-t-elle.

« Mais les politiciens ne semblent pas avoir l’énergie d’adopter une perspective plus large. Ils posent une seule question – c’est, apparemment, ce qui fait de vous un décideur adéquat de nos jours.

Après son départ du parlement, Kakabaveh veut concentrer son attention sur la politique de base. En 2005, elle co-fonde Varken hora eller kuvad (Ni Putain Ni Opprimé), un mouvement féministe et antiraciste basé sur l’exemple français Ni Putes Ni Soumises. Elle poursuivra, entre autres, son travail pour cette organisation.

« Il y a un besoin de mouvements progressistes et populaires. J’espère que plus de gens voudront s’impliquer. Je peux compter sur un large soutien parmi les femmes et les autres dans les quartiers socio-économiquement vulnérables.

« Aujourd’hui, très peu de Suédois sont engagés politiquement. Nous sommes tous tellement concentrés sur l’individu, sur notre propre carrière, sur les apparences extérieures. En France et en Espagne, les gens descendent encore dans la rue. Mais les jeunes générations en Suède s’attendent à ce que quelqu’un d’autre résolve leurs problèmes.

Valentina 39 ans Je suis intéressée par Etudiant(e) Féru(e) de Web Voyageur de longue date Joueur(se) Mélomane Ecrivain(e) Défenseur du café Ecrivain(e) Fanatique de Web Mélomane Mélomane Nerd du café Lecteur(se) Défenseur avide du bacon TVaholic Analyste Avec 6 ans d'expérience d'écriture De Moi Norvège

To Top